vendredi 10 mars 2017

Document de position de la FIT sur l’avenir des traducteurs professionnels


Je viens de lire le document de position de la FIT sur l'avenir des traducteurs professionnels.

Il est indéniable de notre profession est appelée à changer et il est nécessaire de commencer à penser à l'avenir de nos services.

Alors qu'avez-vous pensé de la position de la FIT?

Personnellement, je trouve que la réflexion générale est intéressante. Je suis tout à fait d'accord avec l'idée d'offrir une valeur ajoutée à nos services de traduction, ce que plusieurs d'entre nous font déjà d'ailleurs, ou encore, de s'associer avec d'autres professionnels pour offrir un service clé en main.

Je suis plus sceptique par contre face aux deux paragraphes suivants :
1) « Autrement dit, ils doivent s’efforcer de facturer leurs services sur une base horaire ou sur la base d'un projet, et non plus par traduction de mot, de ligne ou de page. Ils doivent tendre vers une encore plus grande efficacité. Ils devraient aussi envisager de travailler en équipes afin d’aborder des travaux plus volumineux. »
 Pour ce qui est de la facturation, je crois que cette idée est loin d'être révolutionnaire, c'est évident qu'il est plus facile de facturer un gros projet sur base horaire plutôt qu'au mot, et je suis surprise de la suggestion de s'associer pour travailler en équipe afin de traduire de plus gros volumes. D'abord, je trouve que la qualité finale s'en ressent lorsqu'on divise un texte entre plusieurs traducteurs, mais surtout, n'est-ce pas ce que font déjà la plupart des agences de traduction? Et puis, traduire plus pour gagner plus me semble effectivement d'une logique implacable, mais j'ose espérer que l'avenir se dirige plutôt vers la logique du : traduire ingénieusement et être correctement rémunéré pour cela. Utopique?
2) « Plus encore, ces professionnels devraient faire office de conseillers en services linguistiques ou de consultants du langage pour orienter leurs clients vers de meilleures approches en cas de tâches spécifiques et leur expliquer les avantages ou les inconvénients de telle ou telle méthode de traduction. »
 Alors là je dois dire que je suis un peu fâchée. En tant que traducteurs, nous agissons déjà comme des consultants, que ce soit spontanément ou pour répondre aux interrogations de nos clients. Cela n'a rien de nouveau et fait déjà partie inhérente de nos services.

Alors finalement, ce texte n'offre pas beaucoup de solutions au traducteur avide de se positionner pour faire évoluer la profession, mais il a au moins le mérite d'amorcer un dialogue et de mettre le sujet sur le tapis.

Et vous, pensez-vous à l'avenir de la profession? Avez-vous mis en place des stratagèmes pour faire évoluer vos services?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire