lundi 25 février 2013

La traduction pigiste : un métier solitaire?

Si vous croyez que, parce qu'il travaille seul dans son bureau, le traducteur pigiste est solitaire, vous vous trompez.

Au fil des années, j'ai découvert une grande solidarité entre les traducteurs pigistes du monde entier.

Spontanément, les traducteurs pigistes vont se mettre en contact pour se prévenir d'un client suspect par exemple, ou partager une mauvaise expérience pour éviter à d'autres de perdre leur temps.

On échange des conseils, des astuces, on participe à des activités organisées par une association de traducteurs, pas vraiment dans le but de réseauter mais plutôt de partager son expérience avec ses collègues.

Dernièrement, j'ai été contactée par une collègue traductrice de l'Ordre des traducteurs du Québec qui désirait consulter les autres membres pour créer un dialogue autour de la situation actuelle de la traduction au Québec.

Pourquoi se mettre en contact?

Selon moi, l'isolement est la pire chose qui puisse arriver à un traducteur pigiste. La communauté des traducteurs est très ouverte et riche, pourquoi vous priver des bons conseils que vos collègues ont à vous offrir?

Comment se mettre en contact?

  • Les réseaux sociaux

La réponse la plus évidente de nos jours est bien sûr par les réseaux sociaux. Au niveau trucs et astuces, Twitter est une mine d'or. Sur Facebook aussi vous trouverez quelques pages professionnelles avec d'excellents conseils, anecdotes, nouvelles sur le monde de la traduction, etc.

  • Les blogues

Si vous avez un peu de temps, je recommande de créer un fil d'actualité et d'y inscrire les blogues de traduction les plus intéressants pour vous. Les blogues sont nombreux et je vous laisse le soin de choisir ceux qui vous attirent le plus. Pour vous aider, voici une liste non exhaustive de blogues sur la traduction mise à votre disposition par Nathalie Renevier.

  • Les forums

Je ne suis pas adepte des forums mais on peut également y trouver des conseils intéressants. LinkedIn regorge de forums sur la traduction. Les sites comme Translatorscafé et ProZ.com disposent aussi de forums.

  • Les associations de traducteurs et autres

Il y a sûrement une association près de chez vous qui organise des rencontres. Si vous êtes à Montréal par exemple, il est encore temps de s'inscrire au forum Votre industrie - votre opinion organisé par l'AILIA dans les locaux de l'OTTIAQ le 6 mars 2013 de 13 h à 17 h. Attention, le forum est gratuit mais il est important de s'inscrire car le nombre de places est limité.

2 commentaires:

  1. Bien d'accord avec vous, Anne-Sophie. j'aurais par contre mis les associations de traducteurs et autres en premier. Parce que c'est la seule catégorie que vous citez où on rencontre des humains en chair et en os. La traduction étant déjà un métier qui s'exerce par voie virtuelle, il est absolument nécessaire de voir les choses et les gens en vrais.

    Parce que le réseautage, ça ne sert pas qu'à obtenir des contrats ou des astuces, mais aussi à maintenir un équilibre psychologique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire et désolé d'avoir mis autant de temps à répondre. Oui en effet, la participation à des activités organisées par les associations est la seule manière que je cite de partager avec des collègues en chair et en os, d'un autre côté, c'est aussi la formule qui prend le plus de temps et même si c'est important, il faut avoir le caractère pour le faire, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

      Quant au maintien de notre équilibre psychologique, oui le réseautage nous aide à prendre du recul sur notre propre métier, ce qui est important, mais je crois que sur ce plan là, c'est surtout le soutien de notre famille et de nos amis qui est essentiel.

      Supprimer