lundi 14 janvier 2013

Norme nationale pour les services de traduction


Traducteurs canadiens, êtes-vous au courant qu'il existe une norme nationale pour les services de traduction (et d'interprétation aussi d'ailleurs)?

Ce programme de certification existe depuis 2009 et a été lancé par l'AILIA, l'association de l'industrie de la langue au Canada.

En quoi consiste cette certification?

« La certification se fonde sur la norme nationale CAN/CGSB-131.10-2008, Services de traduction, élaborée par l’Office des normes générales du Canada, approuvée par le Conseil canadien des normes. Cette norme a été élaborée grâce à la participation de représentants de l’AILIA, d’associations professionnelles, du milieu gouvernemental et du domaine de l’enseignement ainsi que de clients et d’autres intervenants. » Source : AILIA

Comment l'obtenir?

Il existe un Guide de préparation à la certification pour aider les candidats à monter leur dossier.
Une fois les documents réunis, vous devrez envoyer votre dossier à Orion Assessment Services of Canada, l'organisme de vérification chargé d'évaluer les candidatures. Bien sûr, cette démarche est payante, mais le site de l'AILIA ne précise pas le coût de la démarche.

Quels sont les avantages de cette certification?

Voici les avantages que vous pourrez retirer de cette certification selon le site de l'AILIA :


« La certification de l’AILIA offre plusieurs avantages aux fournisseurs de services de traduction

Qualité
Meilleur rendement des services
Crédibilité
Uniformité
Déroulement du travail amélioré et bien organisé
Protection pour les fournisseurs de services, les utilisateurs, les particuliers et le grand public
Processus et procédures plus clairs
Clarification des rôles
Relations commerciales fiables
Valeur ajoutée
Unification de la terminologie du secteur
Méthodologie garantissant la satisfaction du client grâce à un système d’identification de la non-conformité
Gestion du risque
Marketing – avantage concurrentiel unique »

Est-ce vraiment utile?

Ce que je ne comprends pas bien, c'est ce qu'apporte cette certification par rapport au fait d'appartenir à l'ordre des traducteurs de sa province. En effet, pour travailler pour le gouvernement, il est nécessaire d'appartenir à l'un de ces ordres pour les langues officielles, et en ce qui concerne la crédibilité et la qualité du traducteur, l'affiliation à l'ordre n'est-elle pas suffisante pour attester la qualité de cette personne?

Il est vrai qu'on peut toujours multiplier les certifications pour faire valoir ses services : ordre provincial, norme nationale, normes étrangères telles que l'ATA aux États-Unis, la SFT en France, etc., reste à voir si ces affiliations rapportent vraiment des clients.

Que pensez-vous de ces affiliations? Est-ce que l'affiliation à un ordre ou une norme vous a permis d'élargir votre clientèle?

2 commentaires:

  1. Bonjour Anne-Sophie !

    Merci pour ce billet qui me permet de découvrir ce nouveau programme de certification. J'ai visité le site pour en savoir plus, et il me semble qu'il s'adresse plus aux agences de traduction qu'aux traducteurs indépendants (examen des procédures de gestion de projet et des ressources humaines).

    Dommage, car j'ai des difficultés à me faire certifier au Canada. L'association professionnelle de la province où je résidais (l'Alberta) organise chaque année un examen de certification, mais il se compose de deux épreuves organisées à des dates différentes et impose aux candidats de participer au préalable à une réunion d'information obligatoire (pas simple lorsque l'on réside à 8 000 km !).

    Peut-être serait-ce plus simple de passer par une autre province... Aurais-tu des conseils à me donner ?

    PS J'en profite pour te souhaiter une excellente année 2013 !

    RépondreSupprimer
  2. Bonne année à toi aussi Gaëlle!

    Je suis d'accord avec toi, cette certification semble plus destinée aux entreprises qu'aux indépendants mais rien n'indique que les pigistes ne peuvent postuler alors je serais toi, je me renseignerais.

    Je connais surtout le processus pour faire partie de l'Ordre du Québec et je sais que tu peux présenter tout ton dossier par la poste, tu aurais « simplement » besoin de te déplacer pour assister à un cours de déontologie. Par contre, si ton diplôme universitaire n'est pas reconnu par l'Ordre, tu devras sûrement demander une évaluation comparative des diplômes, une démarche payante, lente et qui se présente sur place (mais pas forcément en personne).

    N'hésite pas à me contacter si tu as d'autres questions.

    RépondreSupprimer