vendredi 10 août 2012

Soigner son image de marque

Nul n'est à l'abri de commettre un petit impair orthographique de temps en temps, j’en commets moi-même, je le reconnais, mais parfois, l’erreur ne pardonne pas. Voici trois exemples relevés il y a peu.

1 - Texte de site Web bâclé en français

Le texte semble avoir été traduit littéralement à partir de la version anglaise, peut-être avec un outil de traduction automatique. Le site du restaurant est soigné, probablement l'oeuvre d'un professionnel, mais la qualité du français est déplorable, la dernière phrase ne veut rien dire, et l'explication de leur concept non plus d’ailleurs.

Faire le choix de traduire son site en français, c'est bien, mais faire l'effort de le prendre au sérieux et de faire appel à un professionnel pour un résultat impeccable, c'est mieux.





2. Faute d'inattention impardonnable

L'erreur aurait pu juste me faire sourire, oui, mais voilà, la faute figure sur un site officiel du gouvernement du Canada, alors en tant que contribuable, je me dis que quand même, le traducteur aurait pu passer Antidote avant de renvoyer sa copie!

  


3. Faute qui fait mauvais genre

J'ai pris cette photo sur la porte d'un restaurant à Montréal. Évidemment, on comprend que l'employé a écrit la note un peu rapidement et qu'il n'a pas pris le temps de se relire, car il aurait très certainement réalisé son erreur, dommage, car le restaurant est très bon, heureusement le mot n'était que temporaire et a été effacé à présent!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire