lundi 20 août 2012

La traduction de documents officiels au Québec

70_365
Photo : Flickr | cam_rich345

Voici quelques petites informations au sujet de la traduction de documents officiels au Québec :

·         Quels documents sont considérés comme officiels?
Il n’existe aucune définition claire de ce qu’est un document officiel. Cela peut être un jugement, un certificat de naissance, un certificat de décès, des papiers de divorce mais aussi un diplôme, des relevés de notes, un permis de conduire, etc.

·         Ai-je besoin d’un traducteur agréé?
Pas nécessairement, tout dépend des exigences de la personne à qui vous adressez lesdits documents. Cependant si vous traduisez des documents pour les transmettre au gouvernement canadien ou québécois, sachez qu’ils exigent que les traductions soient réalisées par un membre agréé.

·         Où trouver un traducteur agréé?
Vous trouverez les coordonnées de tous les traducteurs agréés sur le site Web de l'OTTIAQ.
J'offre personnellement mes services pour les traductions de l'anglais et de l'espagnol vers le français.

·         À quoi sert la certification du traducteur?
Lorsque le membre certifie une traduction, il garantit au destinataire que celle-ci a été réalisée dans les règles de l’art, voilà pourquoi la plupart des organismes officiels demandent que les traductions soient effectuées par des membres agréés.

·         Qui contacter pour une traduction assermentée?
Au Québec, les membres de l’OTTIAQ sont à même d’effectuer des traductions assermentées. Avant de faire une demande, assurez-vous d'avoir réellement besoin d'une traduction assermentée car son utilisation est très peu répandue au Québec. Dans la plupart des cas, la certification de la traduction par un traducteur agréé suffit. Sachez aussi que l’assermentation engendre des frais supplémentaires.

·         Combien coûte la traduction de documents officiels?
Chaque traducteur est libre de définir ses propres tarifs. Dans la grande majorité des cas, le tarif se calcule à l’heure et non au mot.

·         Est-ce que la révision de documents déjà traduits coûte moins cher?
Pas nécessairement. Le traducteur agréé, en certifiant la traduction, devient responsable de la qualité de celle-ci. Il examinera donc avec minutie la qualité de la traduction déjà effectuée. Sachez que si la traduction est mauvaise, cela peut prendre plus de temps de réviser une traduction que de traduire le document de zéro.




vendredi 10 août 2012

Soigner son image de marque

Nul n'est à l'abri de commettre un petit impair orthographique de temps en temps, j’en commets moi-même, je le reconnais, mais parfois, l’erreur ne pardonne pas. Voici trois exemples relevés il y a peu.

1 - Texte de site Web bâclé en français

Le texte semble avoir été traduit littéralement à partir de la version anglaise, peut-être avec un outil de traduction automatique. Le site du restaurant est soigné, probablement l'oeuvre d'un professionnel, mais la qualité du français est déplorable, la dernière phrase ne veut rien dire, et l'explication de leur concept non plus d’ailleurs.

Faire le choix de traduire son site en français, c'est bien, mais faire l'effort de le prendre au sérieux et de faire appel à un professionnel pour un résultat impeccable, c'est mieux.





2. Faute d'inattention impardonnable

L'erreur aurait pu juste me faire sourire, oui, mais voilà, la faute figure sur un site officiel du gouvernement du Canada, alors en tant que contribuable, je me dis que quand même, le traducteur aurait pu passer Antidote avant de renvoyer sa copie!

  


3. Faute qui fait mauvais genre

J'ai pris cette photo sur la porte d'un restaurant à Montréal. Évidemment, on comprend que l'employé a écrit la note un peu rapidement et qu'il n'a pas pris le temps de se relire, car il aurait très certainement réalisé son erreur, dommage, car le restaurant est très bon, heureusement le mot n'était que temporaire et a été effacé à présent!