mercredi 18 juillet 2012

Twitter et la traduction

On sait depuis longtemps que Twitter fait appel au crowdsourcing pour traduire son site. La nouveauté, c'est que désormais Twitter ne fera affaire qu'avec la crème de la crème de ses traducteurs bénévoles.

Ainsi, j'ai trouvé sur Pinterest l'avis qu'un traducteur inscrit au centre de traduction de Twitter avait reçu dans sa boîte de réception :




Je veux croire que ce n'est pas pour économiser quelques milliers de dollars que l'entreprise a choisi de créer son centre de traduction mais pour donner l'occasion à ses utilisateurs de s'impliquer dans leur outil préféré. Sauf que mon explication tombe à l'eau avec cette nouvelle. Les bénévoles sont désormais en compétition et Twitter est prêt à sacrifier 80 % de ces gentils traducteurs internautes qui ont consacré leur temps libre à Twitter mais on traduit n'importe quoi (c'est un métier la traduction que voulez-vous...).

Alors je me demande, est-ce que ces traducteurs improvisés (ou professionnels?) vont prendre Twitter au mot et mettre les bouchées doubles pour « le divertissement, l'excitation et le prestige que confère le statut de traducteur de Twitter »?

Et bien je parie que oui. Franchement, si Twitter visait la qualité, l'entreprise aurait fait appel à des traducteurs chevronnés, et à défaut, aurait au moins engagé des réviseurs expérimentés pour tenter de mettre de l'ordre dans les traductions bancales gracieusement offertes par les traducteurs amateurs.


Par curiosité, je suis aussi allée voir à combien pourrait s'élever les revenus de cette entreprise en 2012, surtout avec l'introduction de la publicité, et bien on est en mesure de s'attendre à un revenu de 250 millions selon eMarketer, rien de négligeable n'est-ce pas?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire