mardi 27 mars 2012

Comment trouver un traducteur?


Alors que je lisais cet article sur la façon dont une écrivaine anglophone a décidé d'autoéditer ses livres puis les traductions de ses livres, un passage a attiré mon attention. Narrant la manière dont elle a fait traduire ses livres, l'auteure dit, je cite :

Je suis passée par Elance.com pour trouver deux traducteurs et un troisième m'a été recommandé. C'est un processus compliqué, mais je crois que le marché mondial va se développer et j'aimerais rendre mes livres disponibles partout dans le monde, dans autant de langues qu'il sera possible. » Ainsi, trouver des traducteurs pour faire traduire ses livres lui a semblé être un processus compliqué.

Comment trouver un traducteur?

Ne sachant où s'adresser, cette personne a décidé de passer par le site Elance.com. Je ne suis pas inscrite donc je ne peux pas vraiment parler des services de ce site, mais il me semble que c'est un de ces sites qui fonctionnent par appels d'offres et prend des commissions pour chaque travail accompli. Ce qui me dérange c'est que toutes les transactions bancaires sont contrôlées par le site. Il est vrai que d'un côté cela peut offrir une certaine sécurité au travailleur indépendant, mais je vois surtout que cela permet au site de s'octroyer une partie de mes recettes. Je n'ai pas trouvé à combien s'élevait la commission.

Si j'avais été à sa place, je pense que j'aurais consulté la liste des membres de l'ATA (American Translators Association) puisqu'elle se trouve aux États-Unis, ou j'aurais probablement fait une recherche sur Internet ou encore tweeter ma recherche de traducteurs.

Comment choisir le bon traducteur?

Par exemple, si l'auteure s’était rendue sur le site de l’ATA, elle aurait trouvé le guide Getting it right, de Chris Durban, qui donne des conseils aux clients pour bien choisir leurs traducteurs.

Le SFT (syndicat national des traducteurs professionnels) propose aussi la version française de ce guide, Traduction : faire les bons choix.

Le guide explique bien les différents points à prendre en compte à l'heure de chercher un traducteur. Il n'y a qu'un petit point que je nuancerais. Voici un extrait de la dernière page du guide :

Choisir son prestataire.
Faites-vous une idée précise de la qualité que promettent les traducteurs pressentis. Ne vous contentez pas de leur jolie plaquette ou de leur séduisant discours commercial. Demandez à voir les travaux dont ils sont fiers, pas seulement la liste de leurs clients ! Si votre prestataire se dit prêt à adapter votre site Internet en langue étrangère, consultez les sites qu’il a déjà réalisés.
Idem pour les discours ou les brochures. Transmettez ces exemples de réalisations à quelqu’un de confiance dont la langue maternelle est celle qui vous intéresse (ou à l’un de vos collaborateurs ou partenaires étrangers) et demandez-lui son avis.
Si votre prestataire expérimenté ne peut rien vous montrer dont il soit fier, vous êtes mal parti (et lui aussi).

J’avais réalisé un portefolio lorsque je me suis mise à mon compte mais étant donné que pas un seul client ne me l’a demandé, je ne l’ai jamais mis à jour, et puis il est toujours délicat de transmettre ses traductions, il faut s'assurer que le client est d'accord et respecter les clauses de confidentialité, ce n'est donc pas aussi évident que cela n'y paraît.

Le seul problème que je vois avec ce guide, c'est qu'il est communiqué par les associations de traducteurs principalement, donc si le client ne pense pas à consulter l’association de traducteurs de son pays/province, il est fort probable qu’il ne tombera pas dessus. De plus, le guide explique les critères à prendre en compte mais ne dit pas trouver l’oiseau rare.

Où trouver un traducteur?

Futurs clients, sachez que les traducteurs sont en fait très accessibles.

Nous disposons souvent d’un site Web et nous sommes présents sur les médias sociaux comme LinkedIn, Facebook et Twitter. 
LinkedIn est un bon endroit pour dénicher des traducteurs. De plus, le site vous donne un aperçu de l'expérience du potentiel fournisseur de services. Twitter est aussi un outil très efficace pour la recherche de travailleurs pigistes. 

Selon moi, les sites qui font payer les prestataires pour postuler ne garantissent absolument pas d'y trouver des traducteurs qualifiés.

Le site TranslatorsCafé est un bon outil pour trouver des traducteurs. Il vous permet de publier gratuitement une annonce et de chercher dans leur base de données.

Enfin, consultez le site de l’association des traducteurs ou ordre des traducteurs de votre pays qui publie gratuitement la liste de ses membres. Les tarifs de ces derniers seront sûrement un peu plus élevés car ils ont été triés sur le volet et doivent payer une cotisation annuelle.

1 commentaire: