lundi 21 novembre 2011

L'importance de la déontologie dans la traduction


Une partie du processus d'incorporation à l'Ordre des traducteurs agréés du Québec (OTTIAQ) consiste en un cours intensif de deux jours sur la déontologie et la pratique professionnelle.

Je dois dire que j'étais un peu sceptique sur l'utilité de la formation avant de m'y rendre mais je peux à présent dire que j'avais tord : la formation s'est révélée non seulement pertinente mais très bénéfique.

Le premier jour a été consacré à l’explication de ce qu’est un ordre professionnel et le deuxième jour a été plus pratique et le formateur nous a expliqué ce qu’impliquait l’appartenance à l’ordre des traducteurs agréés du Québec.

Même si beaucoup de choses relèvent du bon sens, j’ai apprécié qu’on prenne la peine de m’expliquer les implications de ma future intégration à l’Ordre. Il faut savoir que l’Ordre est là pour protéger le public, et que par conséquent, en tant que membre, nous devons respecter un certain code de déontologie. De plus, des contrôles peuvent avoir lieu et en cas de non-respect du code, des sanctions peuvent être prises. Mieux vaut donc bien comprendre à l’avance ce qui est attendu de nous.

J’avais lu quelques commentaires négatifs sur les cours de l’OTTIAQ, rédigés par des personnes qui avaient été déçues et qui s’attendaient à plus de réseautage. Je crois que les cours ne sont pas le bon lieu où essayer de faire du réseautage ou distribuer ses cartes d’affaires, même si personnellement je dois dire que la plupart des autres personnes présentes se sont révélées fort sympathiques.

J'ai été d'ailleurs surprise de constater que plusieurs personnes étaient venues d'Ontario pour suivre la formation. En effet, pour effectuer des contrats gouvernementaux, il faut appartenir à un ordre de traducteurs, peu importe de quelle province, et du fait de la proximité entre le Québec et l'Ontario (rappelons que la ville de Gatineau est collée à Ottawa), certaines personnes font le choix d'appartenir à l'Ordre des traducteurs agréés du Québec plutôt qu'à l'Association des traducteurs et interprètes de l'Ontario (ATIO).

Sachez, pour ceux que cela intéresse, que cette formation n’est pas la seule formation offerte par l’OTTIAQ, et que vous pouvez trouver toute l’information nécessaire pour vous y inscrire sur leur site Web.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire