mardi 23 novembre 2010

Étudier la traduction en Europe

 Source : UCD Dublin

Suite à la publication d'une interview qu'on m'avait accordée dans un journal féminin l'année dernière, j'ai reçu beaucoup de questions sur mon métier et sur les différentes écoles et formation en traduction.

En Europe, à ma connaissance, les principales écoles de traduction sont L'ESIT et l'ISIT (payante) à Paris, l'ISTI à Bruxelles et l'ÉTI à Genève.
Cela ne veut pas dire que ce soient les seules ni même forcément les meilleures, mais ce sont les principales à ma connaissance. Je pensais qu'il y avait un palmarès des meilleures écoles de traduction mais je ne suis pas parvenue à le trouver en ligne, je n'ai donc aucun classement officiel à vous proposer.

Les études en traduction offrent souvent des formations très complètes, le traducteur devant savoir un peu de tout sur tous les sujets, et par conséquent posséder une très grande culture générale.

Les études en traduction sont souvent difficiles et exigeantes, mais aussi très enrichissantes. Elles mettent l'accent sur la pratique ce qui permet aux jeunes traducteurs d'arriver opérationnels sur le marché du travail.

Personnellement j'ai étudié à l'ISTI, à Bruxelles, en anglais et espagnol.
Lorsque je suis arrivée là-bas, je possédais déjà une licence en LEA obtenue en France, et j'ai pu bénéficier d'une passerelle (c'est-à-dire, d'une équivalence) qui m'a évité de reprendre mes études de zéro et permis de ne perdre qu'une année d'étude.
J'ai aussi été dispensée d'un certain nombre de cours que j'avais déjà effectué en France.

Les cours que j'ai les plus appréciés et surtout, qui m'ont le plus servi dans ma vie de professionnelle, sont les cours de traduction économique et juridique. Je dois avouer que je continue à utiliser mon glossaire d'étudiante lorsque je dois effectuer la traduction d'un contrat par exemple.

J'ai aussi beaucoup apprécié le fait que, de par notre proximité géographique avec les institutions européennes, nous ayons eu l'occasion de traduire de nombreux textes ayant trait à l'Union européenne.

Les diplômés en traduction jouissent généralement d'une très bonne réputation sur le marché du travail, car on sait que les étudiants ont reçu une bonne formation très complète. En tout cas à Bruxelles c'était comme ça.
Outre la traduction, nombre de diplômés en traduction sont recrutés dans le milieu de l'enseignement et des banques.

Peu importe les écoles, la carrière de traduction dure généralement 5 ans, soit l'équivalent d'un master. Il est fortement conseillé de profiter de ses études pour partir faire un échange inter-universitaire à l’étranger. J'ai choisi de partir un an en Finlande, à l'université de Jyvaskyla, dans le cadre du programme Érasmus, et je ne regrette absolument pas.

Une fois diplômé, il est possible de se spécialiser dans un domaine précis comme la traduction littéraire, technique, audiovisuelle, etc.

3 commentaires:

  1. Bravo pour ce blog très agréable à lire et très utile pour les futurs diplômés en traduction qui se posent plein de questions. Je viens de le découvrir et je pense y revenir très régulièrement ! :)

    Je me prépare à intégrer le M2 de l'ITI-RI (Institut de Traducteurs, d'Interprètes et de Relations Internationales) de Strasbourg à la rentrée. Voilà une école de traduction de plus située au coeur de l'Europe !

    Bonne continuation,

    Fatou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fatou, n'hésite pas à laisser un commentaire pour nous dire ce que tu as pensé de tes études de traduction à Strasbourg.

      Supprimer
  2. Je suis diplômée de l'ESTRI (École Supérieure de Traduction et Relations Internationales) à Lyon. Une école de traduction en Europe, payante également mais qui mérite d'être reconnue au même titre que les deux stars parisiennes !

    RépondreSupprimer